Tsa Lung Thiglé

Espace Bien-Etre – Atelier en groupe

Samedi 9 juin – Grand Dôme Bien-Etre – 11h30 à 12h30

Le Tsa Lung est une pratique du Bouddhisme tibétain, plus particulièrement, venant du Tantrayana. Tsasignifie canaux, Lungsignifie vent ou énergie, Thiglé signifie quant à lui essence.Tout est interdépendant, c’est une croyance profonde ancrée dans le Bouddhisme. Le bien-être de nos différents corps (subtil, physique)vont avoir une grande influence sur notre bonheur quotidien. Il est donc primordial de s’assurer que le vent subtil circule correctement dans nos canaux. Sans quoi nous pourrions expérimenter des problèmes physiques, des troubles énergétiques et mentaux. Les exercices proposés dans le Tsa Lung visent à maintenir la santé de notre corps subtil en libérant certains blocages dans nos canaux et en améliorant leur souplesse et leur vitalité. Ces exercices combinent des techniques de rétention de respiration à des mouvements physiques et des visualisations. Réalisée correctement, cette pratique a des effets puissants. Elle permet une auto-guérison profonde.Nous vivons dans un monde stressant où nous oublions souvent de respirer ou. Nous ne savons plus gonfler notre ventre et laisser la respiration se poser en-dessous de notre nombril. La pratique du Tsa Lung est un cadeau. Elle permet à tout un chacun de réapprivoiser son souffle et son corps par la même occasion. Prendre le temps de respirer, sentir les différents muscles respiratoires affaiblis et paresseux se réveiller, revenir simplement ici et maintenant grâce au précieux support du Tsa Lung.

 

Mauranne Bosson

Maurane est une jeune femme certifiée pour enseigner par Tulku Lobsang Rinpoché, un maître tibétain. Elle enseigne le Lu Jong (yoga tibétain), le Tog Chöd (Danse de l’Epée de Sagesse) ainsi que le Tsa Lung. Passionnée par ces pratiques physiques et leur lien à la spiritualité, elle donne des cours mensuels à Vevey. «J’aime bouger, j’aime expérimenter mon corps et la vie en général. Ce qui me fascine particulièrement dans ces pratiques, c’est leur richesse. Je redécouvre les mouvements indéfiniment et leur sens est si vaste, si riche… Allier corps et esprit n’est pas facile car ils paraissent si éloignés l’un de l’autre, si différents. Pourtant, ces pratiques me permettent doucement de les rapprocher et de les réconcilier.»